L'assainissement en question

Les élu(e)s « A Gauche Toute! » du conseil municipal de Laroque d'Olmes communiquent:

Vendredi 8 octobre, une réunion publique sur l'assainissement devait permettre de savoir quelle était la meilleure solution pour la commune et ses habitants : rester en régie municipale ou adhérer au Syndicat Mixte Départemental de l'Eau et de l'Assainissement (SMDEA).

Après cette réunion, beaucoup de questions restent posées. Tout d'abord, pourquoi vouloir intégrer le SMDEA ? La raison principale est budgétaire. Nos finances sont encore déficitaires et il faut chercher des solutions.

Francis Fourtalin, après avoir fait la clarté, a eu du mal à parvenir à imposer certaines solutions , c'est une des raisons de sa démission en tant qu'adjoint aux finances. Les équipements, les travaux et deux employés (volontaires) seraient pris en charge par le SMDEA.

Ensuite quel sera le prix à payer par l'usager ? Les prix annoncés sont favorables au SMDEA : 1,32 € le m3 hors taxe contre 1,58€ Ht pour la commune. Mais qu'en serat- il après 2012 ? Ne faudrait-il pas établir deux études prévisionnelles sur 5 ans pour plus de certitude ?

Par contre, quels seront les pouvoirs de Laroque dans le SMDEA ? Très peu, car la commune ne serait représentée que par trois délégué(e)s possédant 6 voix dans une grosse structure de 300 communes et intercommunalités avec un président aux pouvoirs très étendus (M. Bonrepaux). Ceci consiste à perdre toute liberté sur les coûts et la proximité des services, à se "débarasser" de biens communaux et à ne plus pouvoir quitter le SMDEA (il faut, pour cela, l'accord des 2/3 des autres collectivités membres du syndicat). Nous avons toutefois demandé la création d'un comité des usagers (comme à Grenoble) qui permettrait à la population un droit de regard et d'intervention .

Enfin nous avons demandé quel sera l'avenir de la station d'épuration du Moulin d'En Four ? Et là, nous avons eu confirmation de l'erreur qu'a été la construction d'une station de cette dimension qui traite les effluents industriels et collectifs. Avec la crise du textile, la part des effluents industriels privés est passée de 80% à 60% et donc la part des collectivités de 20% à 40% et c'est le contribuable qui se répartit ces coûts supplémentaires!

Pour vous faire une idée plus complète de la situation, vous pouvez obtenir le document à la mairie ou en contactant les élu(e)s "A Gauche Toute!" Jean-Paul Arricastres, Francis Fourtalin, Nadine Francioni, Hélène Roldan, Erminie Ruiz, Jenny Solans et Jean-Charles Sutra .

Source : J-C SUTRA

Date de dernière mise à jour : 06/05/2016

Commentaires

  • Buveur d' OH !  .......
    • 1. Buveur d' OH ! ....... Le 24/10/2010
    En effet pour retrouver une certaine marge de manoeuvre financière à notre trésorerie chancelante, malade d'une gestion approximative durant de nombreuses années et trop rarement dénoncée, il a été trouvé comme solution de transférer une partie de nos emprunts ( à taux variables ! ) sur le compte du SMDEA, qui à terme ne pourra que le répercuter sur notre facture d'eau........

    Nous paierons donc 2 fois ! une première fois, car déjà inclus dans nos feuilles d'impôts ! une seconde fois à plus ou moins brève échéance sur notre note d'eau nouvellement SMDEA. Peut être moins ? car cette partie de la dette de notre ville sera mutualisée dans la structure financière du SMDEA ?

    Trouver une bouffée d'air frais à nos finances locales ne peut qu'être une bonne nouvelle, puisque aucune autre solution semble possible ? ..... Mais pour quoi faire de cette inespérée marge financière ? Il faudrait face à cela, trouver les maux nous ayant mené là où nous sommes et les remèdes appropriés à condition qu'ils ne soient pas de cheval ? !

    Quand au SMDEA et l'impossibilité de pouvoir en sortir une fois entré, cela interpelle sur la concurrence libre et non faussée . Existe-il un endroit au Monde où une fois entré l'on ne puisse plus en sortir ?

    J'ai bien une idée mais elle se serait pas forcément partagée !
  • LECLERCQ
    • 2. LECLERCQ Le 13/02/2012
    Le tout a l'égout étant inexistant aux numéros 1, 3 et 5 place de la République a Laroque d'Olmes. Il est normal que la taxe d'assainissement soit rembourser a ses trois propriétaires. Une procédure sur le conseil de la régie des eaux est en cours a la Mairie.
  • LECLERCQ
    • 3. LECLERCQ Le 13/02/2012
    Le tout a l'égout étant inachevé pour des propriétaires au 1, 3 et 5 place de la République. Une démarche a été effectuée auprès de la mairie de Laroque d'Olmes pour récupérer la taxe assainissement injustement perçue.

Ajouter un commentaire