Le charcutier, Marcel RESSEGUIER a fait valoir ses droits à la retraite

28 ans qu’il était installé rue Saint-Jacques à Laroque d’Olmes en tant que charcutier. Il était bien utile et sera sans nul doute beaucoup regretté, mais c’est la vie, une roue qui tourne toujours et sans cesse du même côté et dont on ne peut arrêter. Ceci étant, Marcel  veut  profiter de ses grandes vacances : jovial, sportif, la retraite est un nouveau parcours dans lequel il veut préserver un certain contact vis-à-vis de ses anciens clients et population, dans le but de sauver le vieux Laroque. Il compte très modestement proposer ses services aux prochaines élections municipales :

Il est urgent de retrouver une certaine propreté, entretien de nos rues, embellissement des espaces verts, redonner à ce petit et pittoresque village, son caractère particulier. La tâche qui attend les prochains élus est immense et, exigera une équipe soudée, dévouée, sans doute de travailler gratuitement, vu la santé financière… si toutefois les laroquais me font confiance.

Mais en attendant les prochaines élections, va falloir qu’il s’habitue aux nouveaux horaires : p’tit déj au dodo, ordi pour les nouvelles, footing pour entretenir la santé, et autres pour passer des journées de vacances perpétuelles.

Texte : D.B.

Crédit photo : M. Margaret

Marcel à l'aube des grandes vacances, et son épouse Mercédes

Commentaires (1)

1. Sutra Jean-Charles 11/09/2012

Ce midi, sur un sommet , nous venons de terminer les dernières tranches d'un chorizo de chez "les Rességuier" ... Et les plats cuisinés du vendredi ??? Le goût et la qualité ??? Heureusement, il reste deux commerces de ce type à Laroque. C'est tout de même la diversité qui disparaît.
Mais que vont-ils devenir avec un "Intermarché" agrandi et déménagé ?
L a grande distribution c'est la mort des petits producteurs, artisans et commerçants et même , maintenant, des sociétés plus grandes. Ainsi le site de "Pilpa" à Carcassonne ferme car cette société veut faire, ainsi, des prix plus bas que son principal concurrent "Unilever" ...

Faut-il rester passif ? Ne serait-il pas temps de RESISTER ?

Ajouter un commentaire