Suppression d'un poste d'enseignant à Laroque

Laroque, un village paisible où il fait bon vivre tant qu'il n'y a pas de contrariété. La vie est difficile pour tous, même si certains commencent à apercevoir quelques autres couleurs attachantes. Mais la vie c'est avant tout, le travail, la sécurité, la tranquillité et surtout la santé.

Avoir un poste, un tout premier poste, débuter dans la vie active après des années d'enseignement, de travail acharné, c'est dirons-nous une récompense. Ce poste si mérité, était un poste d'enseignant, un avenir pour celle dont son devoir était d'éduquer mais aussi partager ses connaissances.

L'enseignante est venue dans notre village, s'est installée, a minutieusement préparé sa rentrée, les élèves ont vite appréciés ses compétences... Et puis, sans prévenir, ce fut comme un coup dans le dos, une douleur atroce : faut surtout pas être cardiaque dans ce pays ?

La mauvaise nouvelle : pour deux élèves en moins, le poste est supprimé !

Les parents ont vite réagi, les élus aussi. Enfin presque, car en regardant de plus près, les quatre élus qui ont ouvert les débats n'étaient autres que ceux de l'équipe A GAUCHE TOUTE avec la présence d'une enseignante de Lamartine (Lavelanet), ville qui connaît un problème similaire.

Au cours des débats, les parents ont décidé de ne pas accepter le verdict de l'administration, et ceci en créant une manifestation pacifique dans le but d'obtenir la venue de l'inspection académique, celle même qui a décidé de supprimer le poste. Voilà où parents et élus, en étaient, tout en campant à l'école Elisée Maury ce mardi 8 septembre en fin de soirée. Ce n'était pas une séquestration, ni une prise d'otages, juste un mouvement pour essayer d'obtenir un résultat, si possible satisfaisant. Pour cela, tous ont occupé l'école : parents, enfants, élèves, avec petit à petit l'arrivée de la presse et le petit écran.

Denis et Patrick

Ajouter un commentaire