Lettre (authentique) de George Sand à Alfred de Musset

Je suis émue de vous dire que j’ai

bien, compris, l’autre soir, que vous aviez

toujours une, envie folle de me faire

danser. Je garde le souvenir de votre

baiser, et je voudrais bien que ce soit

là une preuve que je puisse être aimée

par vous. Je suis prête à vous montrer mon

affection toute désintéressée, et sans cal-

cul, et si vous voulez me faire une visite,

nous causerons en amis, franchement.

Je vous prouverez que je suis une femme

sincère, capable de vous offrir l’affection

la plus profonde, comme la plus étroite

amitié, en un mot, la meilleure preuve

que vous puissiez rêver, puisque votre

âme est libre. Pensez que la solitude ou j’ha-

bite est longue, bien dure et souvent

difficile. Ainsi en y songeant, j’ai l’âme

grosse… Accourez donc vite, et venez me la

faire oublier, par l’amour ou je veux me

mettre.

                                          G. SAND

 

Au XIXè siècle, les postes n’étaient pas sûres, et G. Sand qui tenait à ce que ses amours ne soient pas dévoilés codait ses lettres. Dans celle – ci, et c’est très amusant, il faut pour comprendre son courrier, sauter à chaque fois une ligne.

Ajouter un commentaire