Histoire du Château de Lagarde & de la Famille des Lévis Mirepoix - page 2

En 1201, du consentement de sa femme Guiburge, il donna encore à la congrégation une rente de trois muids de blés sur la dîme des Loges, et de trois muids de vin dans ses vignes de Marly; plus, dans la paroisse de Lévis, la grange du Pommeret et une autre charrue de terre contiguë à la première.
En l’an 1232, GUI I de Lévis donna en pure aumône la somme de quatre mille livres Parisis pour la suite de la construction de l'établissement religieux qui à cette date prend le nom de l’Abbaye de Notre-Dame de la Roche, (en dédicace à la Vierge Marie), dans le département des Yvelines.
Lieu voisin de son château où déjà, sur son instigation, s’étaient, dès 1226, retirés quelques solitaires relevant de l’obédience des Chanoines Réguliers de Saint-Augustin, elle servira de nécropole à divers membres de cette famille et en premier lieu à son fondateur.

Lorsque la Croisade contre les Albigeois est prêchée par le Pape Innocent III (en effet, ce pape avait trouvé dans la région de GUI I un de ses plus fervents apôtre dans la personne de Gui, abbé de Vaux de Cerney), il part pour le Midi avec plusieurs de ses voisins, Pons de Bruyères, Mathieu de Lévis, Bouchard de Marly, les Mauvoisin, les Richebourg, Simon et Robert de Poissy et Pierre de Voisins sous la bannière de Simon seigneur de Montfort l’Amaury et Comte de Leicester.
GUI I a cet effet, vendit à Philippe, son frère, Archidiacre du Pincerais, moyennant 240 livres, tout ce qui lui restait de sa dîme des Loges, pour subvenir aux frais de son équipement et de son voyage.

Ainsi donc, constitué et complété par l’annexion de petites seigneuries dont Lagarde, à un centre important, le Fief de Mirepoix ne subit plus de modifications notables jusqu’au partage opéré en 1300.

GUI I de Lévis Mirepoix organise son domaine en petits fiefs nobles qu’il répartit entre les gentilshommes venus, comme lui, du Nord et qui avaient sous ses ordres pris part à la Croisade. GUI I meurt en 1233.

GUI II de Lévis Mirepoix (épouse Guiburges de Bruyères), son fils aîné hérite d’une des plus grandes situations féodales du Sud-Ouest.
C’est une seigneurie en 2 parties :
- Mirepoix avec ses cantons plus Lavelanet, Fanjeaux, Limoux et Castelnaudary.
- Béziers avec les villes de Florensac, Pomerols, Sévignan, Villeneuve le Grenade, Salvina, Terrolles, Thérane, Thézan, Solinian, Portiragues.

En outre en 1229 Milon de Lévis, frère aîné de GUI I meurt sans garçon, il lègue la seigneurie de l’Ile de France à son neveu GUI II de Lévis Mirepoix (villes de Lévis, Ambeville, Mondeville, Archières, Tinières, Fontenet).
En 1245 il prête hommage au Roi de France, Saint-Louis,  pour la seigneurie de Montségur qui vient de lui être remise. Il meurt en 1261 et sera enterré dans l’Abbaye de Notre-Dame de la Roche.

GUI III de Lévis Mirepoix (épouse Isabelle de Marly en 1260), lui succède et son règne est d’abord marqué par son départ pour la VIIIème Croisade en Terre Sainte au côté de Saint-Louis. Ayant survécu à la peste, il rembarque avec le nouveau Roi Philippe III le Hardi, qui le fera en 1270 Gouverneur du Languedoc pour services rendus,
Plus tard, comme l’exige une loi, il acquiert une maison dans Carcassonne, (maison du Maréchal d’Albigeois). En effet, tous les descendants des seigneurs croisés implantés dans le Midi étaient tenus de séjourner un certain nombre de jours par an dans la cité.

En 1279 la ville de Mirepoix fut rayée de la carte par la rupture du barrage de Puivert. Le seigneur de Puivert, Jean de Bruyères, aurait décidé d’assécher le lac afin de récupérer des terres cultivables. A la suite d’une manœuvre malencontreuse, le barrage aurait cédé d’un coup. Un véritable raz-de-marée s’abattit sur la ville. Seul le Château seigneurial de Mirepoix « Terride » situé sur une colline fut épargné.

GUI III de Lévis Mirepoix rassemble les quelques survivants et entreprit de reconstruire Mirepoix mais sur l’autre rive, la gauche de l’Hers et comme il était de règle à cette époque, on adopta le plan de Bastide avec ses rues perpendiculaires et sa halle centrale. GUI III de Lévis Mirepoix meurt en 1299.

C’est François 1er de Lévis Lagarde (épouse Elix de Lautrec), qui lui succède.

Suite: http://www.olmes-echo.com/pages/content/histoire-du-chateau-de-lagarde-de-la-famille-des-levis-mirepoix-2.html  

Dbc 02

Ajouter un commentaire