Histoire du Château de Lagarde & de la Famille des Lévis Mirepoix

Bien avant même la Croisade contre « les Albigeois » il existait un Château à Lagarde, car il fut donné par Simon de Montfort à son fidèle Lieutenant GUI I de Lévis.

1ère mention de Lagarde, en 929, sur un document traitant des terres dépendant de la 1ère Abbaye de Camon, elle-même dépendant de l’Abbaye de Lagrasse après 1068.

En fait le premier Château de Lagarde n’est qu’une très belle et imposante tour dite « carrée », de 12.20 sur 13.10 et 24.00 mètres de hauteur, c’est la tour Sud. Elle fut édifiée entre 1063 et 1065, par Ramire 1er de Navarre Roi d’Aragon comte de Barcelone.
Puis entre 1176 et 1180 le Château s’agrandit à 4 tours carrées avec hourds et couverture en ardoise, une Poterne d’entrée rectangulaire avec porte en bois et herse, pont-levis et fossé au pied des murs, cet ensemble est relié par des murs avec meurtrières à sabot en partie basse, crénelage en partie haute avec derrière une circulation en bois. Au milieu de la très belle cour pavée de galets de rivière se trouvait déjà le puits circulaire, encore en place aujourd’hui, de 62 mètres de profondeur et 2.00 mètres de diamètre en pierre taillée dont la maçonnerie fait 1.20 mètre d’épaisseur.

C’est Alphonse II « le chaste » Roi d’Aragon (1152-1196) fil de Raymond Bérenger II de Provence et de Pétronille d’Aragon, qui fit construire cet imposant Château, gardien de la vallée de l’Hers, voie très importante de communication.

Il devient Roi D’Aragon à la mort de sa Mère en 1164 et hérite de son père des comtés de Barcelone et de Provence en 1166, 4 ans plus tard, il y adjoindra le Duché du Roussillon.
Les possessions de ce Roi sont à cheval sur les deux versants Pyrénéens. Durant son règne, le comte de Foix, qui l’a reconnu comme suzerain, devient son vassal.
Par un pacte passé à Tortose le 4 janvier 1197, Pierre II Roi d’Aragon comte de Barcelone en fait don à titre d’alleu, (terre libre ne relevant d’aucun seigneur et exempte de toute redevance), à Guillaume de Lordat et aux siens.

 

C’est donc Simon de Montfort qui attribua le « village » de Lagarde et son Château à GUI I de Levis (épouse Guiburge de Montfort), lieutenant de son armée, en 1212, après que Simon de Montfort ait convoqué à Pamiers une assemblée Générale de Nobles, de Prélats et de Bourgeois Notables, où l’on rédigera pour l’administration du Pays conquis un statut comprenant 46 articles.
Toutefois, en 1124, lors du recul des troupes du jeune Montfort, GUI I de Lévis perd sa terre méridionale.  Sans plus d’attaches, désœuvré, il repart en Ile de France.
A peu de temps de là, Amaury, fils de Montfort, cède ses droits au Roi de France Louis le Lion qui décide d’aller conquérir les terres Occitanes en reprise Royale de la Croisade.
Saisissant l’occasion GUI I de Lévis repart dans l’armée Royale et ainsi récupère sa seigneurie en très peu de temps.

La famille de GUI I de Lévis tire son origine du village de Lévy-Saint-Nom situé dans le département de la Seine et Oise, en vallée de Chevreuse dans l’Ile de France.
GUI I était le second des six fils de Philippe 1er qui vivait dans la seconde moitié du XIIème siècle, il avait une très grande situation et remplissait d’importantes fonctions à la Cour du Roi Philippe Auguste.
GUI I ne fut jamais seigneur de Lévis; il ne posséda que sa part héréditaire dans cette terre patrimoniale, dont lui, ses descendants et tout le reste de sa famille portèrent toujours le nom; mais dont la seigneurie dominante était échue à Milon, son frère aîné, lequel devait la transmettre à Marguerite, sa fille unique, et à Jean de Nanteuil, son gendre.
(réf. cartulaire de Notre-Dame de la Roche)

GUI I, avait acheté de la famille Fer-d'Arnois, une charrue de terre et les deux tiers d'une dîme que, dés l'an 1196, il donna avec une portion de bois, à Gui, curé; de Maincourt, pour y fonder un établissement religieux qui deviendra plus tard l'Abbaye de Notre-Dame de la Roche.

Suite: http://www.olmes-echo.com/pages/content/histoire-du-chateau-de-lagarde-de-la-famille-des-levis-mirepoix-1.html     

Dbc 01

Ajouter un commentaire