A dix jours de la quille, il part au « casse pipe » !

François RESPAUD (1892-1946)

François RESPAUDNé le 5 décembre 1892 à St-Félix de Rieutord, il est le fils d’un couple d’agriculteurs ayant 4 garçons et 3 filles. Les quatre garçons : François, Mathieu, Jean, Pierre, et les trois beaux-frères seront mobilisés au premier jour de cette guerre. Enfin, presque, puisque François termine son service militaire.

Alors qu’il est à dix jours de la quille, il apprend au dernier moment qu’il part en campagne et monte directement en première ligne : « la stratégie de Noria, appliquée par le commandement français, qui consiste à faire tourner les unités engagées, fait que l’armée entière aura servi à Verdun ».

François passera quarante mois au fort de Douaumont. Il sera blessé le 23 mai 1915 (sa pipe qu’il avait à sa bouche a dévié la balle allemande en haut de son poumon. Plus tard, il sera à nouveau blessé par un éclat d’obus qui pénètrera sur une joue et abimera jusqu’à sa mâchoire.

Néanmoins, il fit toute la guerre 14/18, suivie de deux années d’occupation en Allemagne, qu’il mit à profit pour apprendre la langue de Goethe.

 

François RESPAUD, sergent au 167ème Régiment d’Infanterie est titulaire :

Médaille militaire 3 étoiles

Médaille des blessés de guerre

Croix de guerre avec 3 citations

Et autres décorations que vous pourrez découvrir sur le cadre.

respaud-004.jpg 

Ses trois frères et un beau-frère se croisèrent sur le front, alors qu’ils n’appartenaient pas au même régiment. Des 4 frères et 3 beaux-frères mobilisés en 14, par grand miracle tous sont revenus à la ferme, malgré de nombreuses blessures, mais entiers. François a toujours gardé précieusement sa pipe cassée, celle qui lui a peut-être sauvé la vie.

 D.B.

Ajouter un commentaire