Souvenir des années de campagne de Adrien DAUCH !

Adrien Dauch (1920-2021), vétéran français de la Seconde Guerre mondiale, déployé lors de la campagne de France au sein de la 2è Division Blindée du Général Leclerc comme sapeur télégraphiste. Il a participé à diverses batailles jusqu'à la Libération de Paris le 25 août 1944.
 

Adrien dauch sur une jeep pour ses 100 ansLe 21 février 1941, Adrien quitte la gare de Laroque-d'Olmes, où il réside avec sa famille. Il est appelé au sein de l'Armée d'armistice de Vichy pour rejoindre son affectation à Port-Vendres pour servir dans un bataillon de sapeurs téléphonistes, avant de rejoindre Montpellier puis Grenoble. Mais en chemin, Adrien fausse compagnie à ses camarades. Direction Oran, en Algérie, avant de rejoindre le Maroc où il décide de s'enrôler dans les Forces françaises libres. Le 1er septembre 1943, à Témara, il signe son engagement. Il est envoyé au sein de la division Leclerc, et  est affecté comme sapeur télégraphiste à la Compagnie Mixte des Transmissions. Mais il ne combat pas et doit se satisfaire d'un long entraînement, ainsi que d'une formation poussée comme sapeur téléphoniste.

Le 6 avril 1944 est confirmé l'embarquement sans la moindre indication. Les soldats de la 2e DB supposent qu'ils partent se battre. Le lendemain, le général de Gaulle se présente à la division et inspecte les soldats du Général Leclerc, en déclarant qu'ils participeront avant la fin de l'été à la bataille de France. Le 10 avril, c'est le premier embarquement sur 16 Landing Ship, tank avec matériel, véhicules et 2 560 hommes. Pour éviter les sous-marins ennemis, les navires partent en direction du Canada pour arriver le 22 avril à Swansea, au Pays de Galles. Durant trois mois, Dauch aura eu le temps de se remettre de ses émotions sur l'Atlantique. Fin juillet, direction Southampton pour traverser la Manche. Il débarque à Saint Martin de Varreville (plage normande) le 1er août 1944. L'unité passe ensuite par Sainte-Mère-l'Eglise.
Adrien est engagé dans les combats de la poche de Falaise, dans l’Orne et la Sarthe. Puis, il fait partie des troupes qui sont déployées lors de la Libération de Paris du 25 août 1944. Il s'engage dans la capitale par la porte d'Orléans. Il fait plusieurs remontées des Champs-Élysées sur sa moto. Il campe, avec ses camarades, devant l'École militaire. Mais sa guerre prend un tour tragique le 5 septembre, quand il est percuté par un camion des Forces françaises de l'intérieur et est gravement blessé.

 

Il sera hospitalisé durant quatre mois au Val-de-Grâce. Ensuite il ira à Saint-Maurice, en région parisienne, pour recevoir d'autres soins et terminer sa convalescence. En mai 1945, il revient à Laroque-d'Olmes en même temps que son frère André, prisonnier de guerre à Düsseldorf, qu'il n'avait pas revu depuis 1940.
A son retour en Pays d'Olmes, Adrien Dauch travaillera comme artisan tisserand aux établissements Ricalens. Plus tard, le 30 mars 1948, il épousera Paulette Fonquernie, originaire du Sautel, qui lui donnera deux filles.

Source : AFML de Hauteclocque, ladepeche.fr et Le JDD

 

Date de dernière mise à jour : 13/04/2021

Ajouter un commentaire